Forum mycophile francophone

Echange d'informations sur les champignons


    Les russules et les Lactaires

    Partagez
    avatar
    Lasco
    Personne ressource
    Personne ressource

    Nombre de messages : 5947
    Age : 63
    Localisation : Petigny (COUVIN) BELGIQUE
    Date d'inscription : 05/09/2007

    Les russules et les Lactaires

    Message  Lasco le Sam 18 Sep 2010 - 10:39

    Un Lactaire et/ou une Russule a le stipe cassant comme de la craie.
                            ***********************
    Le Lactaire comme son nom l'indique produit du lait.
    Une Russule ne produit pas de lait.
                            ***********************
    Dans ce groupe, il n'y a pas de champignon réellement TOXIQUE (Bon à savoir!)
                            ***********************
    Comment présenter une de ces deux espèces à notre détermination.

    1. Faire une bonne photo du champignon et une bonne photo des lames (minimum deux photos ou une photo reprennant les deux données ci-avant)
    2. Signaler le biotope (sol :herbe, nu, forestier, sablonneux, calcaire, acicole, ardennais, etc.), essence d'arbre (feuillu/résineux et essence bien définie (bouleau, chêne, hêtre, mélèze, épicea, pin, etc.)), état du sol (très humide, près d'un ruisseau, sec, dans des sphaignes, dans les sapins secs/humides, au bord d'un chemin,etc.)
    3. Définir l'odeur du champignon (>>>>Très important!), fruitée, nauséabonde, terreuse, aromatisée, eau de javel, de punaise des bois, de géranium, de laurier cerise, de noix de coco, de poisson (crustacé),etc, etc.
    4. Donner la couleur des lames: blanc-crème-ocre-jaune-orange, ou mieux la couleur de la sporée, mais pour cela il faut être déjà un peu "dans le coup".
    5. Attention, le plus difficile pour les néophytes >>>>>>mordre dans le chapeaux et nous dire si le champignon est acre ou doux.
    Bon, au début je reconnais que c'est difficile de le faire mais c'est CAPITAL.
    Je ne vous cacherai pas que vous aurez de ......mauvaises surprises, tant chez les russules que chez les lactaires. Mais croyez moi, de cette manière vous mémoriserez les "cochonneries" des inoffensifs rien qu'a l'oeil.
    Enfin je vous le dis et le répète AUCUN n'est dangereux, mais il faut cependant recracher ce que vous goûtez! NB: pour certains acres, cette recommandation sera inutile, vous aurez recracher le "bout de test" assez promptement!
    6. Nous donner un maximum de détail sur l'aspect général du champignon, le diamètre du chapeau et du stipe, la taille du champignon, du stipe, les nuances de couleur qui n'apparaîtraient pas sur les photos au niveau du stipe, du chapeau, l'insertion des lames, enfin toutes les particularités que vous observez, les petits détails que nous ne verrons pas sur les photos
    7. Effectuer les tests aux réactifs. Il vous faut du FeSO4(sulfate de fer), du Phénol, du Formol, de l'amoniaque, du Gaiac principalement.
    Usage des réactifs:
    Comme tout 'bons" mycophiles que nous sommes, nous disposons plus que certainement des ouvrages de Marcel Bon, Régis Courtecuisse et le GEPR.
    Or, dans ces ouvrages, on vous dit par exemple concernant R.cyanoxanthaque le test au FeSO4 est négatif.
    Sur beaucoup de russule, les mycologues donnent les réactions.
    Il y en a bien sûr qui sont difficiles, mais je ne vais pas vous faire acheter de la vanilline pour faire de la Sulfovanilline une fois tous les deux ans!
    Avant toute chose pour utiliser les réactifs, qui en fait sont un moyen de contrôle et NON de détermination, il faut être approximativement certain d'avoir déterminé le champignon. Et pour ce faire, vous devez appliquer la méthodologie que j'ai décrite ici et prendre du temps et beaucoup de patience, et comme on dit "revenir et encore revenir sur le métier". Ensuite quand vous êtes presque certain, il faut appliquer les tests et voir ce que cela donne.
    NB: en général les auteurs italiens sont nettement plus prolifiques en matière de données concernant les réactifs. Par exemple, je dispose  du bouquin sur les russules de Galli, hé bien, pour pratiquement chaque russule il donne les effets de plusieurs réactifs! Le hic, c'est que certains effets sont similaires pour des champignons différents!!! Là c'est le savoir faire et l'expérience qui sont utiles.
    Voilà vous êtes parés pour faire un essai, je vous attend!
    Si j'ai oublié quelque chose, je reviendrai sur mon texte!

    Ce qu'il ne faut surtout pas faire
    Comme je viens de le voir sur un Post- c'est poser le genre de question suivante: Est ce que c'est Lactarius X? C'est une Plutée Y? C'est un Cortinaire Z? , cela laisse supposer que vous avez déjà acquis une quasi certitude. Même moi, je ne suis jamais .......tout à fait certain sur certains champignons, proche souvent mais absolument certain>>>>dur dur. Nous faisons de la macroscopie, pas de la microscopie c'est totalement différent.

    >>>>>>à tout à l'heure avec vos Russulales sur le forum.  Smile


    Dernière édition par Lasco le Ven 12 Déc 2014 - 8:37, édité 2 fois
    avatar
    Pézize
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 519
    Age : 47
    Localisation : Engis
    Date d'inscription : 23/08/2007

    Re: Les russules et les Lactaires

    Message  Pézize le Dim 19 Sep 2010 - 9:18

    Bonjour Jacques et merci pour ce petit exposé très intéressant sur la manière d'aborder une russulale.

    Je serais bien tenter de m'engouffrer dans le premier bois venu à la recherche de russules et lactaires histoire de m'exercer un peu (enfin, quand j'aurai acquis les réactifs que tu conseilles).

    Justement, c'est à propos de ces réactifs que je voudrais quelques précisions.

    La débutante que je suis n'a pas encore été vraiment confrontée aux réactifs et je m'interroge donc sur la bonne manière de les utiliser.

    Quand et comment juger de l'opportunité de faire appel aux réactifs (il me semble qu'il faut déjà avoir un soupçon sur l'espèce ou un groupe qui a pour particularité de réagir de telle manière à tel réactif). Je me vois mal appliquer systématiquement tous les réactifs sur chaque champignon (ça reviendrait à jouer à la roulette russe également).

    Ensuite, comment utiliser un réactif correctement ? Comment faut-il l'appliquer ? Sur le stipe ? Sur la chair ? ....

    Ce serait sympa (quand tu as un peu de temps) de donner quelques infos sur les différents réactifs et leur bon usage. Ca permettrait aux débutants qui se débrouillent déjà un peu avec leur yeux et leurs bouquins d'affiner et préciser leurs déterminations.

    Bonne journée,


    _________________
    Pézize
    Nous n'héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants (St-Exupéry)
    avatar
    Lasco
    Personne ressource
    Personne ressource

    Nombre de messages : 5947
    Age : 63
    Localisation : Petigny (COUVIN) BELGIQUE
    Date d'inscription : 05/09/2007

    Re: Les russules et les Lactaires

    Message  Lasco le Mer 22 Sep 2010 - 9:17

    Pour te procurer des réactifs, tu doit contacter Marcel Lecomte.
    Je suis au bureau, je te donnerai son adresse quand je serai chez moi.
    Enfin, je retourne sur le sujet et je complète en ce qui concerne l'usage des réactifs.
    avatar
    Coprin
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 1554
    Age : 54
    Localisation : Mons
    Date d'inscription : 28/03/2008

    Re: Les russules et les Lactaires

    Message  Coprin le Lun 27 Sep 2010 - 7:46

    Pezize, je crois pouvoir retrouver pas mal d'explications pouvant t'intéresser dans d'anciens numéros du bulletin des mycologues du Luxembourg belge (articles écrits par feu Didier Baar et par Marcel Lecomte). Je peux t'en envoyer des photocopies si tu le désires.


    _________________
    David

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Pézize
    Admin
    Admin

    Nombre de messages : 519
    Age : 47
    Localisation : Engis
    Date d'inscription : 23/08/2007

    Re: Les russules et les Lactaires

    Message  Pézize le Lun 27 Sep 2010 - 20:52

    Oui, David, je veux bien tes informations. C'est très gentil de ta part. Peut-être que j'arriverai à faire quelques progrès dans les russules (je commence à croire que mon cas est désespéré quand je suis face à une russule, comme un blocage).


    _________________
    Pézize
    Nous n'héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants (St-Exupéry)
    avatar
    necator
    Personne ressource
    Personne ressource

    Nombre de messages : 487
    Age : 62
    Localisation : Beauraing / Belgique
    Date d'inscription : 15/11/2008

    Re: Les russules et les Lactaires

    Message  necator le Sam 2 Oct 2010 - 13:00

    Quelques remarques après cette généreuse contribution de Jacques :

    1) les russules ont svt un diamètre de ch. équivalent à la hauteur de leur pied et ce dernier est de grand diamètre proportionnellement par rapport à d’autres espèces (raison : fragilité de texture comme déjà dit) > il y a donc un port russules (lactaires ds certains cas) très reconnaissable.2) Pas de toxique ds le genre ?. Bon ayant signalé des indigestions avec R . olivacea à l’étranger autant éviter sa consommation. Zut c’est une grosse espèce mais qui en mange ?

    3) Cpte tenu des problèmes résultants des contaminations par déjections animales (renards, rongeurs) est-il possible de nous proposer des tests gustatifs sans risque ?

    4) Les réactifs doivent être régulièrement contrôlés. Trop vieux il deviennent inopérants ou donnent de mauvais résultats. Ils ne réagissent pas sur des exemplaires trop sec ou trop humide > ce sont surtout les réactions positives (donc fournissant une couleur) qui comptent l’absence de réaction ne signifiant pas que l’on n’est pas en présence du champi qu’une coloration X aurait permis d’identifier…


    Contenu sponsorisé

    Re: Les russules et les Lactaires

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep 2017 - 14:45